Différents types de baie vitrée

Baie vitrée

Pour sélectionner parmi les différents types de baie vitrée disponibles sur le marché, il faut être attentif au dispositif d’ouverture, à la catégorie de vitrage et au choix du matériau.

Baie vitrée en fonction du type d’ouverture

Avant tout, une baie vitrée ne comporte pas forcément d’ouverture : on parle alors de baie vitrée fixe. Cette solution est privilégiée pour habiller des fenêtres inaccessibles, tout en garantissant un esthétisme visuel et une luminosité ambiante.
En rez-de-chaussée ou dans une pièce donnant sur un balcon ou une terrasse à l’étage, mieux vaut choisir une baie vitrée coulissante. Elle se compose de plusieurs vantaux, dont l’ouverture se fait par glissement sur un rail. On dit alors que les vantaux coulissent.
L’ouverture coulissante est soit coulissante simple, soit coulissante à galandage. Dans le premier cas de figure, la baie vitrée possède entre 2 et 6 vantaux qui se superposent les uns sur les autres. La largeur de l’ouverture va jusqu’à 7 m. Dans le second cas, la baie vitrée coulissante à galandage présente de 1 à 4 vantaux qui glissent à l’intérieur du mur. Allant jusqu’à 5 m de largeur d’ouverture, ce type de baie vitrée gagne en esthétisme, puisque les vantaux sont dissimulés.
Notez que le seuil d’une baie vitrée peut également s’encastrer et disparaître. L’équipement est encore plus esthétique (pas d’espace entre l’intérieur et l’extérieur), plus pratique (aucun enjambement) y compris pour les personnes à mobilité réduite.
Bon à savoir : la baie oscillo-coulissante, très maniable, dotée d’une isolation optimale et d’un dispositif plus résistant, est une alternative. Elle fonctionne comme une portière coulissante d’automobile.

Baie vitrée selon le type de vitrage

Constitué de deux verres de 4 mm séparés par une lame d’air, le double vitrage standard est le modèle le moins cher. En comparaison d’un vitrage simple, il réduit de 40 % les déperditions énergétiques.
Le double vitrage faiblement émissif possède un revêtement spécifique servant à piéger les infrarouges, ce qui a pour conséquence de renvoyer la chaleur à l’intérieur du logement. Plus cher qu’un double vitrage classique (+ 10 %), ses performances en termes d’isolation sont en revanche supérieures de 30 %.
Le double vitrage faiblement émissif peut être renforcé avec du gaz argon, ce qui augmente ses performances et son coût à l’achat. Le principe est simple : le gaz argon se substitue à l’air emprisonné entre les deux vitres.
Enfin, le vitrage anti-réfléchissant reçoit un traitement lors de sa conception pour abaisser les apports thermiques des rayons solaires. Cet équipement est onéreux et convient particulièrement bien aux baies vitrées exposées plein sud.
Bon à savoir : des options d’isolation améliorent encore les propriétés des vitrages de baie vitrée : autonettoyant, opacifiant, chauffant, avec store intégré.

Baie vitrée : quels matériaux ?

Une baie vitrée peut être en PVC, bien que ce matériau peu rigide ne soit guère approprié pour une telle structure, avec des risques de déformation. Pour obtenir plus de rigidité, il est souvent associé à l’aluminium.
Très robuste et durable, l’aluminium est par contre peu isolant. Dans ce cas, le vitrage doit contenir des ruptures de pont thermique. Enfin, une baie vitrée en bois a l’avantage justement d’être un bon isolant, même s’il faut un entretien régulier et plus conséquent.

Crédit d’impôt de 30 %, TVA réduite à 5,5 %, aides annexes : contactez un professionnel susceptible de vous aiguiller dans vos décisions pour vous aider à financer votre projet d’installation de baie vitrée.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser